Blog

Conférence

Cinq enseignements de la CSUNATC18

Par Brigitta Norton, Studio Lead Backelite Canberra / Senior Manager chez Capgemini — accessibility advocate

La CSUN Assistive Technology Conference 2018 s’est tenue à San Diego du 20 au 23 mars derniers, précédée par deux jours d’ateliers. J’ai assisté à l’un des ateliers informatifs d’une demi-journée présenté par Karl Groves (@karlgroves) sur le thème des formulaires accessibles, puis j’ai eu la tâche difficile de choisir les présentations auxquelles j’assisterais parmi un panel de séances à multiples facettes (jusqu’à 12 séances simultanées). Heureusement, les présentations ont été partagées sur la toile afin que tout le monde puisse y accéder.

Voici donc mes cinq principales conclusions du CSUN. Je recommande également de lire cet article perspicace de Louise Clark, qui défend depuis peu les principes de l’accessibilité et que j’ai rencontrée lors de l’aXe-hackathon, elle a assisté à d’autres séances qui m’intéressaient et nous avons étudié des sujets similaires.

  1. Des technologies d’assistance innovantes et une culture du milieu de travail en évolution font la différence

De merveilleuses présentations ont fourni d’excellents exemples sur la manière dont la technologie peut apporter une aide aux gens, leur permettant d’interagir et de s’engager les uns avec les autres au sein de leur environnement. Le fait de tenir compte de l’inclusion devient de plus en plus important pour bon nombre d’organisations ayant fait des présentations et certaines cherchent à améliorer le processus d’embauche en proposant des possibilités de formation pour trouver et recruter des personnes talentueuses.

  1.                  « Shift to the left » et les problèmes que ça posera si vous ne le faites pas

Les présentations qui soulignent la nécessité d’inclure l’accessibilité plus tôt dans le processus de découverte de produits ne sont pas nouvelles. Quelques cas particuliers ont évoqué les coûts et les risques afin d’en montrer l’importance. Certaines séances comprenaient des exemples pratiques de façon à influencer le “shift to the left” dans le cycle de vie d’un projet et ont réitéré le fait que ne pas le faire peut être préjudiciable à tout projet numérique.

  • La séance de Derek Featherstone (@feather) a fourni une représentation visuelle de ce qui peut se produire si l’accessibilité n’est pas prise en compte tôt., il a également fait part de quelques conseils pratiques sur ce qui peut être vérifié, en particulier au stade de la maquette fonctionnelle. Level Access a partagé un lien pour retrouver les diapositives de présentation sur son site web : https://www.levelaccess.com/csun-2018-slides/
  1.                Meilleures pratiques de conception et accessibilité : des inséparables.

L’accessibilité ne concerne pas seulement les normes WCAG, mais aussi l’acquisition de connaissances et la compréhension du fait qu’il existe des pratiques exemplaires que tous les spécialistes des UX devraient envisager (qu’il s’agisse de chercheurs, de concepteurs ou de développeurs, ou de quelqu’un qui possède des compétences transversales dans tous ces domaines). Les exposés de cette année sur l’heuristique des UX et l’accessibilité ont permis de mettre en avant de supers exemples de principes de pratiques inclusifs dont les concepteurs devraient être conscients.

  • La session de Henny (@iheni) du groupe Paciello a illustré l’importance de se servir des meilleures méthodes dans le processus de conception et a montré que la conception de scénarios réels ne sera pas forcément la même pour tout le monde. “Il s’agit de créer pour les besoins des personnes ayant des incapacités permanentes, temporaires, situationnelles ou changeantes – nous tous, en réalité » : http://inclusivedesignprinciples.org/
  1.                  Modèles accessibles et bibliothèques de composants à réutiliser

Les nouveaux frameworks et les composants réutilisables fournissent des moyens rapides et plus efficaces de coder pour le Web et les applications, mais ils peuvent aussi poser problème dans certains cas (surtout si le code sous-jacent n’est pas accessible). De nombreuses séances du CSUN ont porté sur l’utilisation des frameworks et des bibliothèques de composants et sur la façon dont ils ont été élaborés pour assurer la conformité en matière d’accessibilité.

  • Beth Crutchfield et Loren Mikola de Level Access se sont jointes à Mark (@marklapole) d’eBay pour partager leur expérience dans l’évaluation de la conformité du site en matière d’accessibilité et l’utilisation de modèles pour créer un environnement eBay accessible. L’identification d’une définition de Done et l’utilisation des patterns eBay MIND  sont des raisons pour lesquelles le site a réussi l’évaluation.
  • Cory (@cklatik) de Microsoft a passé en revue plusieurs frameworks front end et a ensuite expliqué le processus qu’il utilise pour déterminer le meilleur moyen de répondre aux besoins d’un projet, on peut retrouver le contenu via l’adresse suivante : http://aka.ms/ckcsun18
  • Jennifer (@jlgauvreau) et Karen (@kwherndon) de CGI ont partagé des exemples sur la conception de patterns d’interaction dynamique. Leurs diapositives sont partagées avec une session de suivi qui couvre le focus dans les tableaux de données.
  1.                  Normes de l’article 508, droits et responsabilités juridiques

Les sujets des données et de la vie privée ont été abordés récemment lors de la conférence OZeWAI (@ozewai) et il y a eu de nombreuses sessions au CSUN couvrant les droits légaux des personnes handicapées. Les séances ont également porté sur le WCAG 2.1 et sur la décision du gouvernement américain de mettre en œuvre les changements apportés à la norme de la section 508, qui s’aligne sur le WCAG 2.0, en particulier dans le domaine de l’approvisionnement et de la vérification de la conformité de l’accessibilité des produits achetés.

  • La présentation de Nicolas Steenhout (@vavroom) (que vous pouvez trouver sur bit.ly/Nic-Slides) a mis en évidence le besoin réel de s’entraider pour résoudre les problèmes d’accessibilité. Il est important non seulement de défendre les personnes handicapées, mais aussi de leur offrir des moyens et des occasions de donner et de partager leur feedback dans un environnement sûr et constructif.

 

La conférence a commencé et s’est terminée par des activités qui m’ont permis de tirer des leçons pratiques et de prendre part à la communauté des personnes qualifiées en matière d’accessibilité. Cela comprenait une invitation (merci Andrew et Sarah de @Intopiadigital) à assister à la réunion du groupe de travail du W3C sur l’éducation et la sensibilisation. Ce fut le début des nombreuses introductions et connexions qui se sont poursuivies tout au long de la semaine puisque cette première journée a été consacrée à l’étude de l’inclusion des rôles, des compétences et des composantes éducatives sur le site Web BETA WAI du W3C. Cette communauté inclusive, chaleureuse et solidaire m’a également encouragé à faire quelque chose que je n’avais pas fait depuis de nombreuses années : un karaoké !