Blog

UI Design, UX Design

Le Visual Thinking

Nous vivons aujourd’hui dans un monde submergé d’images. Pour quelle raison ?

La reconnaissance d’un mot est un processus plus complexe et plus long que la reconnaissance d’une image. Le cerveau humain s’est transformé en une machine sophistiquée d’appariement de formes visuelles alors que l’invention du texte est relativement récente en termes d’évolution.  

L’effet de supériorité de l’image (Picture Superiority Effect) est bien connu des chercheurs : plus le message est visuel, plus il sera reconnu et retrouvé plus tard dans la mémoire.

Par ailleurs, les images passent la barrière de la langue là où le texte échoue : l’universalité des symboles rencontrés dans les aéroports du monde entier en est un bon exemple.

« Les présentations orales et textuelles sont moins efficaces que les images pour mémoriser certaines catégories d’informations ; en fait, elles le sont beaucoup moins. Soumises à un test après 72 heures, les personnes auxquelles des informations ont été présentées oralement n’en ont retenu que 10 pour cent. Ce taux atteint 65 pour cent si l’on ajoute une image. L’inefficience du texte a fait l’objet de nombreuses études et l’une des raisons de cette incapacité est que le cerveau considère les mots comme une succession de toutes petites images. » John Medina, Brain Rules.

C’est pourquoi il est de plus en plus fréquent de faire appel à un preneur de notes visuelles lors de réunions et conférences. En effet, la visualisation permet au public d’acquérir une compréhension commune et de suivre plus facilement la discussion.

La pensée visuelle est un domaine en plein essor qui englobe toute une variété de profils et de pratiques, chacun ayant ses propres particularités. Si la forme d’expression de ces profils est relativement similaire, les objectifs peuvent varier considérablement.

La facilitation graphique

La facilitation est l’art de faire naître des idées et des concepts innovants dans l’esprit d’autrui.

Un facilitateur graphique dirige un atelier et utilise la visualisation pour animer la discussion. Le processus se déroule en direct et consigne les idées échangées sous forme d’illustrations. Celles-ci sont montrées au public afin de les aider à visualiser et à suivre l’argumentation. Le feedback visuel soutient la réflexion et favorise la production de nouvelles idées. Des études démontrent que les personnes s’impliquent davantage dans la conversation et, en cas de distraction, chacun peut rapidement reprendre le fil de la discussion.

Quand l’utiliser : ateliers d’idéation, groupes de réflexion

Taille de l’auditoire cible : 8 à 10 personnes

Qui : facilitateurs ayant des compétences graphiques

Comment : les illustrations produites jouent un rôle actif dans la structure et l’orientation de la discussion

Le scribing

La principale différence avec le facilitateur graphique est que le scribing est effectué en toile de fond : en général, le preneur de notes travaille en retrait de la réunion sans que le public n’y prête attention.

Cet observateur passif écoute et prend des notes pour consigner le contenu de la conversation. Le plus souvent, le facilitateur l’informe au préalable du contexte de la réunion afin d’aider à sa compréhension et à l’efficacité de son travail. Le scribing est un excellent moyen de visualiser l’ensemble des échanges et de lire une synthèse des principales idées formulées.

Un preneur de notes visuelles dessine et écrit généralement sur un grand tableau blanc ou un panneau. Celui-ci est montré au public après la réunion et fournit une synthèse de qualité.

Voici quelques exemples d’enregistrements graphiques réalisés à l’occasion de design sprints et autres réunions chez Backelite :

Quand l’utiliser : conférences, réunions, ateliers, focus groupe

Taille de l’auditoire cible : vaste

Qui : preneurs de notes avec des compétences graphiques et de synthèse

Comment : synthèse réalisée en direct et en toile de fond

Sketchnoting

Le sketchnoting est une initiative personnelle proche de la prise de notes visuelles.

Tout comme le preneur de notes graphiques, le sketchnoter ne participe pas activement à la conférence mais fait partie du public. Le sketchnoting s’apparente davantage à la prise de notes personnelles pour son propre usage que pour un grand groupe de personnes. Les illustrations s’effectuent généralement sur un carnet personnel ou une feuille de papier. Ces notes peuvent ensuite être partagées.

Quand l’utiliser : conférences, réunions

Taille de l’auditoire cible : processus individuel pouvant ensuite être partagé

Qui : toute personne

Comment : se substitue aux notes textuelles habituelles ou les accompagne

Conclusion

En conclusion, la facilitation graphique et le scribing sont deux activités qui exigent des aptitudes professionnelles. Le sketchnoting est un outil que toute personne peut utiliser pour retranscrire aisément l’essentiel d’un événement. Ces notes visuelles sont généralement plus marquantes que les prises de note par écrit et sont plus faciles à mémoriser.